Huile de palme, déforestation: Peut-on sauver les orangs-outangs ?

L’orang-outan fait partie de notre plus proche parent aux côtés des chimpanzés et des gorilles entre autres. Mais depuis plusieurs décennies, il est menacé d’extinction à cause de la déforestation.

Il vit principalement sur l’ile de Bornéo, cette île de 20 millions d’habitants principalement indonésienne qui accueille –selon WWF- la grande majorité des orangs-outangs (environ 100 000). Une autre partie se situe sur l’île malaisienne de Sumatra (environ 15 000). Cependant, il est très difficile de donner un chiffre précis du fait de l’inaccessibilité des forêts.

En danger critique selon l’union internationale pour la conservation de la nature, leur population devrait tomber à 47 000 individus en 2025 contre 288 500 en 1973. Leur disparition est donc imminente si rien n’est fait pour limiter la déforestation.

Indonésie : Les conséquences de l’exploitation de l’huile de palme en chiffres

2151408

En Indonésie, 90 % des forêts ont été déboisées à cause du commerce du bois, puis de la conversion en palmeraies. Le pays détient le record de la déforestation la plus rapide du monde. Cela est très préjudiciable, sachant que chaque orang-outan a besoin de 1500 hectares pour vivre convenablement. 840 000 hectares de forêt vierge indonésienne sont rasés en 2012 (équivalant à la superficie du Portugal), soit près de deux fois plus que le Brésil qui était alors « le tenant du titre ».

87% de la production mondiale d’huile de palme se situe en Indonésie.

5000 orangs-outans meurent chaque année, ils sont pour la plupart tués dans les incendies causés par les entreprises productrices d’huile de palme, qui les poussent à sortir de leur habitat naturel. Ils ont beaucoup plus de mal à se nourrir, de plus, ils sont à la merci des braconniers.

Selon une étude de Nature Climate Change de 2014, 78 % de la surface de Bornéo sont désormais accaparés par des particuliers (industrie de l’huile de palme notamment).

Les palmiers sont des plantes et non des arbres, ils absorbent donc trois fois moins de CO2.

La population d’orangs-outangs de Bornéo a chuté de 25% ces dix dernières années et 80 % des effectifs présents en 1950 pourront disparaître d’ici à 2025.

Un orang-outan meurt toutes les deux heures.

En Indonésie, l’industrie de l’huile de palme vaut plus de 20 milliards de dollars.

Dans quoi retrouve-t-on l’huile de palme ?

On retrouve de l’huile de palme dans beaucoup de produits que nous achetons régulièrement comme le pain de mie, les céréales, les chips ou encore la pâte à tartiner Nutella, le produit « symbole » de l’huile de palme dans nos aliments. Il existe des produits plutôt inattendus qui contiennent de l’huile de palme, c’est le cas de la mousse à raser, les fonds de teint ou encore la cire pour cheveux. On en retrouve même dans certains produits bios. Elle est aussi de plus en plus utilisée pour fabriquer les biocarburants.

Pourquoi les producteurs favorisent-ils son utilisation dans leurs produits ?

  • L’huile de palme présente de nombreux points forts pour les producteurs :
  • Elle est neutre, le gout des aliments n’est donc pas modifié
  • Elle est moins sensible à la chaleur (elle conserve ses caractéristiques à très haute température) mais également à l’oxydation, elle est donc très utile pour les produits longues conservations.
  • Les produits qui contiennent de l’huile de palme conservent plus longtemps leur structure, notamment leur aspect croustillant et croquant.
  • Elle se conserve facilement.
  • Elle est environ 15% moins chère que les autres huiles.

Quelles solutions ont été trouvées ?

deforestation-a-borneo-pour-l-exploitation-de-l-huile-de-palme

Le gouvernement indonésien s’engage à réservé 80 000 hectares de forêts pour les orangs-outans en 2010. Ces hectares ont été confiés à l’ONG Borneo orangutan survival foundation (BOSF) ce qui leur a permis de relâcher à partir de 2015 plusieurs centaines d’orangs-outangs vivant en captivité.

L’Indonésie veut, depuis 2016, interdire les nouvelles plantations d’huiles de palme à cause des immenses feux de forêt ayant eu lieu en été 2015, imputés  à l’expansion de cette industrie. Greenpeace estime que ces mesures seront efficaces seulement si la réglementation est stricte.

« Tant que les gens seront à la recherche de profits rapides, les forêts continueront de brûler », estime le scientifique Herry Purnomo.

Certaines ONG estiment qu’il ne faut pas considérer les industriels comme des ennemis et qu’il faut coopérer avec eux afin de protéger les orangs-outangs et l’habitat sauvage menacé. C’est le cas de l’Organisaton Orangutan Foundation International (OFI) qui s’est alliée au plus gros producteur d’huile de palme « PT SMART » afin de mener une politique de tolérance zéro en matière de capture et d’abattage des orangs-outangs, ainsi qu’un programme de formation pour les employés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s