[Article invité] Précarité énergétique: il y a urgence !

Face à la crise qui s’enlise et à l’envolée des prix à la pompe, notre pouvoir d’achat est mis à rude épreuve. Tant et si bien que l’on parle désormais de précarité énergétique et d’inégalités écologiques.

Cette situation affecte un nombre croissant de ménages, contraints à choisir entre se nourrir ou se chauffer, et à limiter voire supprimer leurs déplacements. Et comme si cela ne suffisait pas, la surconsommation énergétique des bâtiments vétustes fragilise davantage notre planète déjà bien malmenée.

Le Grenelle Environnement propose une panoplie de mesures en faveur d’un « bouclier énergétique » et d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais elles restent difficiles à mettre en œuvre sur le plan financier. D’autres actions sont menées afin d’enrayer la crise énergétique, telles que l’éco-prêt à taux zéro, les fonds de solidarité logement ou encore le crédit d’impôt pour le développement durable. Mais là encore, beaucoup reste à faire.

En Grande-Bretagne, 3000 personnes meurent chaque année de cette précarité, et ce chiffre alarmant dépasse désormais le nombre de tués sur les routes. En France, les dépenses énergétiques équivalent à plus de 10% des revenus pour près de 4 millions de ménages. Privation de chauffage, maladies respiratoires, coupures d’énergie, endettements et isolement social, les conséquences sont multiples, vicieuses et difficiles à enrayer.

La hausse des prix de carburants met également un frein à l’insertion professionnelle et contribue à cet engrenage économique.

Pour tirer leur épingle du jeu, les constructeurs automobiles n’ont d’autres choix que d’adapter leurs offres à ce besoin grandissant de sobriété. Des modèles moins énergivores comme la CRV sont en train de faire leur apparition. L’utilisation d’une voiture hybride peut en effet aider à réduire la facture énergétique des ménages tout en protégeant l’environnement. Le concept devrait se généraliser dans les mois à venir.

Car face à l’ascension vertigineuse des prix à la pompe, un phénomène préoccupant est en train de pointer le bout de son nez: la pétro-dépendance. Il est temps que la sobriété prenne le dessus. Il y a urgence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s